• Enigme 101 : première et antépénultième partie (1/3)

    « Quand on me visse le derrière je sors ma tête blanche ». A demain pour la suite.

  • Escargots et champignons à l'ail

    « Mademoiselle Ginette, vous qui aimez la nature, savez-vous que le hanneton est un coléoptère et le morpion un collé au cul ? ». « Non. Où est la différence ? ». « Géraaard, arrête de rire comme une baleine dans ta cuisine, on t’entend d’ici ». « Pourquoi notre ami Gérard rit-il, à votre avis ? ». « A mon avis, mademoiselle Ginette, Gérard se fend la gueule. S’il continue il va laisser brûler les papillotes en  mille-feuilles aux escargots et champignons à l’ail ». « Des escargots ! Et ça se mange comment ? ». « Comme les moules, il faut sortir la bébête ».

  • Pom' pom' pom'

    « Gérard, tu connais Beurré Hardy. ». « Non, Beurré Laurel non plus ». « Et Crassane ? ». « Non, c’est une pute ? ». « Tu connais peut-être Williams ? ». « Jamais, moi c’est rien que des femmes, tu le sais bien ». « Hé, hé, hé ». « Je n’aimes pas quand tu ricanes. C’est quoi, tous ces mecs ? ». « Je t’ai bien eu, hein, Gérard. C’est parce que tu m’énerves avec les noms de tes bambous, filostakis, chimanonbammebouza, bisseti, play-hi-ho-blastus. Alors, moi, je me spécialise dans les pommes ».

  • Le jour et la nuit

    « Voyez-vous, mademoiselle Ginette, l’amitié et l’amour c’est comme le jour et la nuit ». « Je n’ai pas compris ». « Ce n’est pas gagné, hein ». « Gérard, ta gueule. Mademoiselle Ginette, je vais vous faire un dessin ». « Ah non, ne me touchez pas ». « Je te l’avais dit que ce n’était pas gagné ». « Gérard, ta gueule. Mademoiselle Ginette, détendez-vous, laissez-vous aller ». « On va où ? ». « Gérard, ta gueule ». « Mais je n’ai rien dit ».

  • Sans les mains

    « Gérard, regarde, sans les mains ». « Di dju, tu pisses sur mes salades ».

  •  

    « Hé, fieu, je veux bien que tu mettes des nouvelles de mon jardin sur le blog mais avec un titre. Que voulais-tu écrire aujourd’hui ? ». « Gérard, je voulais relater notre agréable soirée d’hier en compagnie de Ginette et résumer ses propos. Je n’ai rien trouvé de cohérent à écrire ». « C’est normal. Ginette, c’est du visuel, rien que du visuel. C’est pour ça que tu viens chez moi quand elle est là, hein, mon salaud ».

  • Le chocolat

    « Savez-vous, mademoiselle Ginette, que le chocolat peut remplacer le sexe ? ». « Oh, vous en dites des choses, vous ». « C’est sérieux, mademoiselle Ginette, je l’ai lu dans un magazine en attendant mon tour chez le coiffeur. Le chocolat peut remplacer le sexe ». « Mais, comment l’empêcher de fondre ? ».