• Enigme au jardin

    « Voyez-vous, mademoiselle Ginette, Lucienne, Josette, Chantal et Marie-Christine, ayant soit 13 ans, ou 14, ou 15 ou 16, ont découvert un animal dans le jardin de Rafaël : un hérisson, une grenouille, une carpe diem et un magnifique petit troglodyte. Elles leur ont donné un nom : Barbie, Papatte, Blup et tchitchip. Vous devez retrouver, pour chacune des fifilles, leur âge, leur animal et le nom qu’elles leur ont donné ». « Pas ce soir, j’ai mal à la tête ». « Ah, mademoiselle Ginette, ce que vous dites là est une phrases de gréviste ». « Je vous le dis, pas ce soir, j’ai mal à la tête. Je vais me coucher. Continuez à jouer avec votre petit camarade ».

    Retrouvez de biens meilleures énigmes tous les jeudis sur   http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be

  • Eviter l'ennui au jardin

    « Mademoiselle Ginette, vous devez vous ennuyer de nous voir désherber, Gérard et moi, dodelinant du cul en avançant à quatre pattes comme deux types qui auraient perdu leurs clefs de voiture dans un théâtre ». « Ici, c’est un théâtre de verdure ». « Gérard, as-tu entendu ? Mademoiselle Ginette, poétesse à ses heures, qualifie ton jardin de théâtre de verdure ». « C’est le théâtre des opérations ». « Mademoiselle Ginette, vous avez entendu ce qu’as dit Gérard : nous sommes deux para-commandos faisant du Charlotte Ramping dans la brousse pour la transformer en désert. Broussaillon, mettons les voiles. Hein, Gérard ». « Pourquoi dis-tu ça ? ». « Je dis broussaillon parce que le broussaillon est à la brousse ce que le moussaillon est à la mousse, Gérard. Et j’ajoute mettons les voiles parce j’en ai marre d’être à quatre pattes ».

    Retrouvez les aventures au jardin en tapant "désherbage" dans les tags. 

  • Le désherbage au jardin

    « Mademoiselle Ginette, vous avez l’air de vous ennuyer pendant que je suis à quatre pattes  occupé à désherber une petite parcelle du jardin de Gérard ». « Non, non, je vous admire. Mais je me dis quand même que vous êtes habillé différemment que pour venir au bureau ». « Ah, mademoiselle Ginette, l’habit ne fait pas le moine. Au début je désherbais en chemise et cravate mais ce n’est pas pratique. Ma cravate traînait par terre et, quand j’avançais à quatre pattes, lentement certes mais sûrement il m’arrivait de mettre un genou sur ma cravate et boum, la gueule par terre ». « Vous mangiez les pissenlits par la racine ? ». Non, mademoiselle Ginette, par les feuilles ».

  • J'en ai marre

    « Gérard, j’en ai marre d’arracher des mauvaises herbes. Et si tu préparais un barbecue, hein ? ». « Hé, ho, ça fait à peine dix minutes que tu en arraches. Pas de quoi nourrir une famille d’escargots ! ». « M’en fiche des escargots, tu m’as dit que ceux de ton jardin ne sont pas des à l’ail ». « Courage, nous allons chanter. Trois, quatre. La verveine, c’est ma veine. Renoncule, je t’en ». « Géraaard ». « Quoi ? Il y a un ver de terre qui t’a lancé un regard méchant ? ». « Gérard, regarde qui arrive : mademoiselle Ginette ». « Oulalalala. A une syllabe près je parie qu’elle aurait fait demi-tour ».

  • A chacun sa méthode

    « Mais que faites-vous avec ce sachet de thé en bouche, mademoiselle Ginette ? ». « Je fais une liptonsuccion ».

  • Les noeuds

    « Vous le saviez, vous, que les bateaux fond des nœuds ». « Evidemment, mademoiselle Ginette, il faut faire des nœuds pour tricoter des filets de pèche ».

  • Les pirates

    « Vous vous rendez compte, on a assaisonné un bateau belge. C’est idiot puisque l’eau de mer est déjà salée ». « Mademoiselle Ginette, votre remarque mérite réflexion.  En tant que candidat potentiel aux futures élections sociales, je me propose de demander au comité exécutif de soumettre ce point à la horde du jour. Je ne manquerai point, virgule, de vous en communiquer les résultats, point ». « Vous êtes charmant ». « Merci. Et vous de même ». « Oh, vous en faites trop ». « Vous devriez en faire de même, mademoiselle Ginette, pour que nous soillions au diapassion. Lâââ ».