• Géraaard, au secours

     Zut de zut de zut de zut.  Gérard m'a dit : " Tiens toi au pinceau, je retires l'échelle ". Et je fais quoi, maintenant, hein ? Surtout qu'il a ajouté ; " J'ai quelques courses à faire, je reviens dans une petite heure ". Houhou, coucou tout le monde. Pouvez-vous appeler Gérard et lui dire de revenir. J'ai pipi, ça urge.

    400

  • Cherche des mirabelles

    Sans commentaires. J'attends les votres.

    048

  • Etoile des neiges

    " Etoile des neiiiiges, poum poum, sèche tes beaux yeux
    Le ciel protèèège, poum poum, poum poum, les amoureux
    Je pars en voyage, poum poum, poum poum, pour qu'à mon retour
    A tout jamais, poum poum, plus rien n'empêche notre amour ".

    " T'es fou ou quoi, ça se passe en hiver la chanson de Line Renaud ".

    " Gérard, je chante ce que je veux quand je veux, na. Et toc. Poum poum, poum poum. J'ai vu une étoile, Gérard. Toi, tu as un jardin et tu ne regardes même pas ce qui pousse. Ils ont des yeux et ils ne voient pas. Ah, les cons. Gérard, tu es comme eux. Regarde la belle étoile que j'ai photographié ";

    " Connard, c'est une fleur de courgette ".

    "Gérard, pour moi c'est une étoile "

    014

  • Le machaon

    Le ver de terre habillé en pyjama, sur un petit sapin, est, selon Rafaël de http://carpe-diem-lbsp.skynetblogs.be , un machaon. Facile à retenir si on bégaie : mama, caca, honhon. Maman, ai fait caca, torcher cucul s’te plait. En italien : machaoni al dente con parmeggiano regata. « Gérard, houhou, Gérard, tu fais dans les machaons, maintenant ? ». « Les quoi ? ». « Les machaons ». « Hé, ho, tu manques d’air ? Pourquoi des macarons ? ». « Pas ron, Gérard. Hon, avec un H, comme dans hest-ce qu’on ne prendrait un petit apéritif maintenant ». « Et c’est quoi, ces macaHons ? ». « Ton élevage sur le fenouil, Gérard. Il ne faut pas les garder pour faire des zakouskis quand mademoiselle Ginette sera revenue de vacances, ça devient de jolis papillons ». « PapiHon, macaHon, camiHon. Hon désherbe, compris ». « Gérard, tu m’as appris à mélanger de la salade avec de la vinaigrette, je peux bien t’apprendre ce qu’est un machaon, non ? ». « Désherbe ». « Oui, Gérard. Mais, d’abord, je prends quelques photos ».

    008

     

  • Elle bouffe tout

    " Gérard, viens voir ". " Tu as encore trouvé quelque chose pour arrêter de désherber ". " Non, Gérard, elle bouffe tout ". " Mademoiselle Ginette est en vacances, tu le sais ". " Merde, Gérard, je ne te parle pas de mademoiselle Ginette, je te dis qu'elle bouffe tout ". " Qui bouffe quoi ?". " Gérard, viens voir, un ver de terre avec des lignes bouffe tes petits sapins ". " Dis, tu as pris comnien d'apéro ? ". " Deux, Gérard, mais je vais en prendre un troisième car quand mon verre est vide je le plains et quand mon verre est plein je le vide. Viens voir la bestiole, Gérard. Il y a des gens qui sont prêts à adopter n'importe quoi. Fait la adopter. Dis que c'est un chien, ça marche mieux. Ou un chat ". " Elle est où, cette bestiole ? ". " Là ". " Et merde, mon fenouil ".

    028 - Copie

  • Feu d'artifice

    Quand je vois ça chez Gérard, je pense à un feu d'artifice. Il faudrait pouvoir gommer les tiges et les feuilles pour ne laisser que l'explosion de fleurs. Le comble c'est que Gérard n'a pas acheté son pétard. Il s'est installé tout seul chez lui. Une immigration réussie. Ceux qui en profitent le plus sont les papillons. Car c'est son nom, c'est l'arbre à papillons, le buddleia. en verlan y a des bulles, ça pétille, ça frétille, ça me fait penser que je dois aller couper le gaz sous les pâtes que Gérard a mis cuire et dont il m'a confié l'al dente, car elles vont devenir carbonara. Et qui dit carbonara dit car bonnes à rien, crâmées, indécrochables du fond de la casserole même avec sa nouvelle ponceuse vibrante vibromasseuse black et d'équerre garantie deux ans si on garde le ticket de caisse et qu'on rentre l'appareil défectueux dans son habit d'origine. Le problème, pour échanger l'appareil, c'est qu'il faut ramener tous les accessoires. Gérard a perdu le cadeau gratuit, un pistolet à colle. Parfois la vie est stupide : un pistolet à colle perdu et j'oublie d'admirer le buddlea.

    068

  • Immigré ou émigré ?

    Souvent, un émigré est quelqu'un qui fait plaisir à ses compatriotes parce qu'il quitte son pays parce qu'il y est devenu inutile, ou nuisible comme des poseurs de bombes ou dépendant du résultat sa mendicité. Comme disait Lavoisier, rien ne se crée, rien de se perd. Un émigré équivaut à un immigré, celui qui a migré, c-à-d qu'il n'est plus dans son pays mais dans un autre. L'émigration c'est comme avec les hirondelles, quand elles nous quitent à l'automne vers des cieux plus cléments et, les immigrés, c'est comme les hirondelles quand elles reviennent au printemps parce que chez nous il n'y a qu'à se servir de fruits ou d'insectes, le buffet est ouvert. C'est la même chose chez les humains. Il y a des belges qui vont faire les vendanges en France parce que les français ne sont pas assez nombreux pour le faire et d'autres qui vont faire la cueillette des olives en Italie parce que les italiens préfèrent rouler en Vespa. Il y a aussi les immigrés qui croient avoir tous les droits et qui, dès qu'installés dans des caves, invitent leurs familles, amis et connaissances à émigrer de leur pays pour immigrer vers où le buffet est à volonté. Toute la différence est dans ce que fait, ou ne fait pas, l'immigré. Pour les plantes, c'est la même chose. Avez-vous déjà invité des orties ou des chardons à immigrer chez vous ? Pourtant il y en a, vous piquant du haut de leur ingratitude et de leur mépris. D'autres vous remecieront de votre accueil et travailleront à l'embellissement de votre jardin. C'est le cas du cotoneaster argentii, un cotoneaster rampant, qui va étouffer vos mauvaises herbes et couvrir votre sol d'un tapis merveilleux. Il ne demande qu'une chose pour être encore plus actif : être marcotté, c-à-d que vous prenez une tige rampante, vous l'enterrez dans le sol en laissant dépasser l'extrémité et le cotoneaster argentii va étouffer de plus belle vos mauvaises herbes en faisant des petits qui vont s'intégrer et participer à la vie de votre jardin. L'important n'est ni de se laisser envahir par n'importe quoi ni de refuser toute immigration, l'important est l'accueil de qui, comme le cotoneaster argentii, saura se rendre utile et que nous accuiellerons à bras ouverts.

    046