• C'est très zozé

    « Pourquoi rigoles-tu, Gérard ? ». « Je suis en train de préparer les crêpes farcies ». « Et alors, Gérard ? Tu te trémousses, tu hoquètes de rire, tu vas t’étrangler si tu continues. Respire, Gérard ». « La pâte de la dernière crêpe a dessiné une figure qui ressemblait à la tête de mademoiselle Ginette ». « Et alors, Gérard ? ». « J’avais l’impression de faire sauter mademoiselle Ginette ». « Ah bon ! Sauter mademoiselle Ginette ! C’est possible, ça ? ». « Ah oui. Surtout que j’imaginais que la queue de la poêle que je tiens en main était un vibromasseur ». « Gérard, montre-moi comment tu fais ». « Regarde-moi ça. Allez, hop ». « Gérard, non, arrête. Tu vas coller mademoiselle Ginette au plafond ». « Hop, encore un tour ». « Gérard, tu crois que mademoiselle Ginette va aimer ça, elle qui a peur des appareils électriques ». « Ne t’inquiète pas, c’est un vibromasseur à piles ». « Si j’ai bien compris, Gérard, tu lui fais du sexe à pile ». « Hop, encore un tour ». « Dis, Gérard, après, tu vas la bourrer ? ». « Bien sûr. Sauce au fromage et aux crevettes grises. Un régal ». « Gérard, tu ne trouves pas qu’on s’amuse mieux avec mademoiselle Ginette quand elle n’est pas là ».

  • La solution de la taupière

    " Gérard, c'était quoi l'énigme d'hier ? ". " C'est ce qui t'attend ". " La chasse aux taupes géantes ! Mais tu es fou, Gérard. Tu sais bien que j'ai peur d'une araignée. Imagine une taupe. Géante ". " Brouette ". " Quoi, brouette, Gérard ? ". " Le jeu consiste à déplacer la taupinière de copeaux reçue de mon bûcheron-élagueur vers les bambous pour en faire un tapis antiherbe ". " Quel jeu, Gérard ? ". " Brouettes, au pluriel, mon vieux, si tu veux bouffer ce soir avec mademoiselle Ginette ". " Ah, elle va enfin venir ". " Elle, oui. Toi, tu seras là si tu conduis des brouettes ". " Compris, Gérard, je conduis. Donnes-moi la clef de contact ".

    054 (4)

    052 (3)

  • L'énigme du jardin de Gérard

    " Gérard, au secours, j'ai vu un monstre ". " Où ça ". " Dans l'allée de ton garage, Gérard ". " Un monstre comment ? ". " Je ne l'ai pas vu mais j'imagine que c'est une taupe grosse comme un cheval de trait brabançon. Une taupinière de deux mètres de haut ! ". " Ah oui, je sais ". "Comment ça tu sais. Dis-moi tout, Gérard. As-tu prévu de la dynamite ? De l'eau de Javel ? Du perlin pinpin en poudre ? As-tu prévenu les vulcanologues ? Les casques bleus ? Tes voisins ? Gérard, dis-moi ce que c'est ". " C'est l'énigme du jour ". " Ah bon. Et c'est quoi, Gérard ? ". " Cherche ".

    054 (4) - Copie

  • Elle est toute retournée

    Paf. Aïe. Paf. Aïe. Paf. Aïe. Paf. Aïe. « Mais qu’est-ce qui t’arrive ? On dirait que tu n’as jamais conduit une brouette ». « Ne ris pas, Gérard, j’ai mal aux orteils ». « C’est normal, tu marches comme un canard ». « Je sais, Gérard, et à chaque pas je me tape dans les pieds de le brouette ». « Tu n’as qu’à marcher avec élégance, comme moi, droit comme un i et un pied devant l’autre au lieu de te tenir en y, voûté comme si tu allais passer dans un tunnel, et lançant tes pieds comme si tu dansais une bourrée valaisanne avec la fondue qui colle aux semelles ». « Gérard, je ne saurais pas faire autrement ». « En plus tu vas finir par démolir ma brouette, à force de lui donner des coups de pied ». « Je ne saurais pas faire autrement, Gérard, j’ai attrapé une kyrielle de petits boutons roses là où je pense et je dois marcher les jambes écartées. Sinon ça pique ». « Ha, ha, ha. La crise de rire de mademoiselle Ginette quand je vais lui raconter ça ! ». « Gérard, tu n’oserais pas faire ça, voyons ». « Ah si. J’imagine : mademoiselle Ginette, savez-vous que notre ami fleurit ? ». « Gérard, non ». « Pour le moment il est en boutons ». « Gérard, ne dis pas ça ou je me fâche ». « Roses, les boutons, mademoiselle Ginette ». « Tu l’as cherché, Gérard, voilà ta brouette ».

    016 (3)

  • Ah, mets l'en chier

    "Non, mademoiselle Ginette, je n'ai pas dit chier. Je dis pipi caca proute quand ça m'amuse mais je ne dis jamais chier ". " Pourtant j'ai entendu chier ". " Ah ah, mémé, lenlen chier, mademoiselle Ginette ". " Vous voyez bien que vous avez dit chier ". " Et j'ajoute caca nana dèdenne six ". " Pourquoi six ? ". " Parce que c'est un amélenchier canadensis, mademoiselle Ginette ". " Un quoi ? ". " Un amélanchier canadensis dans sa parure d'automne, mademoiselle Ginette ". " Dans sa pa quoi ? ". " Mademoiselle Ginette, vous commencez à ma faire chier ". " " Vous voyez bien que vous n'avez que ce mot à la bouche ". " Heuu ".

    030 (2)

  • Youpla boum

    " Bonjour, Gérard, youpla boum ". " Ben, dis donc, tu m'as l'air plus que souriant, aujourd'hui ". " Oui, Gérard, c'est la joie, youpla boum ". " Tu as gagné le gros lot ? ". " Mieux que ça, Gérard. Aujourd'hui est un grand jour, youpla boum ". " Hé, ho, youpla boum, youpla boum, tu te prends pour Prosper le roi du pain d'épices ". " Non, non, Gérard, aujourd'hui il pleut à vache qui pisse, youpla boum ". " Et ce temps de merde te fait youplouter bouboumer ? ". " Oui, Gérard, parce que, lorsqu'il pleut, pas de jardinage ". " Que viens-tu faire ici, alors ? ". " Manger, Gérard, comme à nos début (voir la colonne Archive, à droite au fond du couloir, l'interrupteur est à droite en ouvrant la porte) ". " Manger ! Mais je prépare à manger quand on a jardiné ". " On a jardiné hier, Gérard, et, rappelles-toi, j'avais un petit appétit. Je viens manger les restes ". " Mais j'ai tout mangé, moi ". " Gérard, tu es un goinfre, pense à ton cholestérol. Si tu es à la diète ne fais à manger que pour moi, ce sera suffisant ". " Monstre ". " Goujat ". " Profiteur ". " Troglodyte ". " Là, mon vieux, tu as dit un mot de trop. Tu as osé me traiter de quoi ? ". " De troglodyte, Gérard, mais je ne sais pas ce que c'est. Ne te fâche pas, Gérard ". " Et tu veux quoi, pour ton repas ? ". " Un barbecue, Gérard ". " Mais il pleut, idiot ". " Tu pourrais le faire dans ta salle de bain, Gérard. Comme ça tu n'aurais pas d'odeurs dans ta cuisine ". " Des biscottes dans de la soupe de potiron carotte oignon, ça te va ? ". " Merci, Gérard ".

  • Changement d'heure

    " Allo, Gérard, quelle heure est-il ? Je ne m'y retrouve pas avec le changement d'heure ". " Comme hier mais une heure plus tôt ". " Ah ! Fais gaffe, Gérard. Pour le pilea peperomioides il lui faut de l'eau à heure fixe. Il n'a pas de montre, lui ". " Et tu crois qu'en Chine, à plus de 2000 mètres d'altitude, il a un coucou qui fait coucou toutes les heures ! ". " Tu as raison, Gérard, le Tyrol c'est plus bas ". " Alors, salut ". " Salut, Gérard ". " Tu raccroches, oui ou merde ". " Je raccrocherai quand tu auras raccroché, Gérard ". " Dis, c'est un jeu de con, ça ". " Gérard, j'ai toujours été le dernier en classe et ce n'est pas aujourd'hui que je vais raccrocher le premier. Tu as une heure pour le faire puisque je suis encore à l'heure d'été ". Tûûût.