• Blog en pause (13)

    Ici, c’est Ginette. Si ça continue nous allons partir en haute saison et papa devra revoir son devis pour le budget vacances. « Ma fille, un franc c’est un franc ». Ah oui ! Et les euros ça sert à quoi. Je me demande si je suis née dans la bonne famille ? Tout d’un coup je ressens une profonde inquiétude. Je croyais que c’était le fossé des générations mais, avec papa, c’est le grand canyon. Papa a reçu une réponse à sa question de savoir s’il y avait des chambres avec toilette. Sur demande nous pouvons avoir un seau hygiénique mais avec un supplément. Depuis qu’il l’a appris papa est constipé.

  • Blog en pause (12)

    Ah, les vacances ! C’est encore plus excitant avant de partir qu’après. C’est comme un bon gueuleton bien arrosé suivi d’une gueule de bois et d’une crise de foie. Ici, c’est Ginette, en partance. Enfin, presque. J’en sais plus sur la ville où nous allons. En fait ce n’est pas en ville. C’est dans les faubourgs. C’est moins cher. Un logis dans les champs à trois kilomètres du centre ville. Chambre avec réveil. C’est le coq du village je suppose. Œufs frais du jour sur demande la veille. C’est mieux que l’inverse. Reste à savoir si ce logis est à trois kilomètres du centre ville dans la direction de la plage ou à l’opposé.

  • Blog en pause (11)

    C’est Ginette ici. Je suis comme un vieux cow-boy au far-west, j’occupe le crachoir. Ting, dedans. Sploutch, à côté. Je le sais parce que, un jour, chez un cousin, j’ai lu ses Lucky Luke, le fumeur devenu végétarien. Avant le poor lonesome cowboy s’en allait à la dernière case une cigarette en bouche. Après il a mâchonné un épi de blé. J’occupe le crachoir parce que papa est encore en train de peaufiner le devis pour les vacances. Il a trouvé moins cher, avec toilettes à l’étage. « Papa, renseigne-toi, demande à quel étage. Tu te vois déjà, en pyjama, la nuit, gravir des escaliers pour satisfaire ton incontinence nocturne ? Tu ne vas jamais arriver à temps, tu vas devoir prendre un pyjama par jour, ou plutôt par nuit. As-tu pensé à l’impact du surpoids sur le budget carburant ? ». Papa va leur écrire. Nous ne sommes pas encore partis.

  • Blog en pause (10)

    Coucou, c’est Ginette, je suis en passe. En passe de partir à la mer. Avec maman et papa. J’ai appris une nouvelle info. Vous le savez déjà, nous partons hors saison. Comme dit papa, c’est moins cher. Nous limitons le poids des bagages. Pour économiser le carburant. Nous allons à 8 km de la plage car, comme dit papa, au plus t’es loin de la mer et au plus c’est moins cher. Nouvelle info : nous n’allons pas à la côte belge, nous allons dans le nord, le nord de la France. Devinez pourquoi.

  • Blog en pause (9)

    Pour ceux que ça énerve que le blog lejardindegerard soit en pause je dis zut, zut de zut et zut de chez zut. Un exploit de le dire car, au scrabble, il n’y a pas assez de z pour l’écrire. Je m’énerve, je trémousse, je vibre, je frétille. Pourtant monsieur Bill n’est pas là. Il faudra que je consulte. Quel effet me fait le fait de partir en vacances sur mes hormones au point de penser à monsieur Bill ? Sentirait-il le sable chaud ? Ou la gaufre avec un chocolat chaud comme on en déguste à la mer hors saison ? Je me tâte, je me palpe, je m’examine. Rien. Rien qui pourrait me faire penser à des hormones excités. J’espère que l’air du grand large va me calmer.

  • Pré vert

    Ginette, présente pour la solution à la question d’hier (à lire avant si pas déjà fait, sinon c’est de la triche). Mon premier est vert. A part être vert de rage ou vert de gris, ou vert mi fuge mi raisin, ou vert million, ou vert solitaire comme le louveteau perdu dans la forêt attendant le petit chaperon rouge pour faire un feu de signalisation, je ne vois que le pré. Quant aux seconds, ils sont mal choisis car je vais partir en vacances dans le nord de la France et là ils sont gris. Mais bon. Normalement les cieux sont bleus. Donc mon tout est précieux.

  • Vert et bleu - énigme

    Jeudi, Ginette est là avec son énigme, aujourd’hui une charade. Mon premier est vert et mes seconds sont bleus. Et mon tout est précieux. Maman a une amie qui trouve tout présssieux. Elle soulève la théière de ma grand-mère : « Oh, c’est présssieux ». Elle voit le faux vieux bénitier en forme de grotte, souvenir d’un voyage à Lourdes et : « Oh, c’est présssieux ». Papa, qui s’énerve quand il la voit, dit que le jour où il coulera un beau bronze il lui montrera pour entendre ce qu’elle va dire.